Android P : Google va permettre aux opérateurs de masquer l’état du signal réseau

Par le 27 Déc 2017 | Android

Sur la prochaine version d’Android vous risquez de ne plus avoir accès à vos barres de réseau. C’est en fouillant dans le code du Projet Android Open Source, que la communauté de développeur XDA, a eu vent de cette information. Cependant, Android P n’en ai qu’à ses balbutiements, rien ne dit que cette fonction sera présente sur
la version finale.
Nouveauté Android P

Google travail déjà sur la prochaine mouture de son OS

Disponible depuis quelques mois maintenant, la dernière version de l’OS de Google, à savoir Android 8.0 Oreo affiche un taux d’adoption très faible (moins de 1%) il n’est cependant pas boudé par les constructeurs qui travaillent à la migration de leur appareils. Cet OS serait –t-il déjà obsolète ? Il semblerait en tous cas que Google soit déjà passé à autre chose. La firme de mountain view prépare déjà la prochaine version de son OS, à savoir Android 9.0 P (on ignore encore quelle gourmandise se cache derrière ce P).

Pourquoi un tel geste ?

Le code étant open source, tout le monde peut y accéder. C’est en analysant ce code source que la communauté s’est rendue compte qu’était codée une variable permettant de masquer l’indicateur de réseau.
Pourquoi Google ferait cela ? La première raison qui nous vient en tête serait une requête des opérateurs téléphoniques (américains en l’occurrence). Le réseau n’étant pas toujours optimal, peut-être est-ce pour éviter de stresser les utilisateurs ? À l’instar d’Apple qui à supprimer l’estimation du temps restant sur ses MacBooks. Si l’affichage est bloqué, en revanche les applications tiers d’analyse du réseau et de la force du signal ne sont t-elles pas bloquées, il vous sera toujours possible de les consulter. Vous pourrez également consulter la force du réseau dans les paramètres de la carte SIM. Tout n’est pas perdu donc, surtout qu’il ne s’agit que d’une variable, les développeurs pourront facilement crée un script pour faire sauter cette restriction. Affaire à suivre.




Laisser un commentaire